Accueil > Élections > Municipales > Municipales 2001 > Lettre n°4 - Février 2001 > Entrevue avec Claudette Bonnin et Jacques Cocheux

Entrevue avec Claudette Bonnin et Jacques Cocheux

jeudi 1er février 2001, par le bureau

Question : Présents sur la liste UNION-IDÉES Pour Beaumont, vous connaissez bien votre ville.

Claudette : Je vis ici depuis 17 ans. J’ai longtemps participé aux activités de l’association Beaumont Temps Libre. Depuis 3 ans, je suis présidente d’IDÉES Pour Beaumont, ce qui a renforcé ma connaissance des aspirations des Beaumontois.

Jacques : Issu d’une vieille famille Beaumontoise, j’ai parmi mes aïeux un ascendant qui a occupé les fonctions de maire et conseiller d’arrondissement au vers 1850. Je suis très attaché à cette ville riche d’histoire familiale...

Q : Comment voyez-vous votre rôle au sein du futur conseil municipal ?

Claudette : Je souhaite m’investir dans la gestion du personnel communal. Travaillant moi-même dans le service public, j’ai toujours défendu les notions de qualité , d’efficacité qui reposent en grande partie sur le personnel. C’est lui qui constitue le premier relais entre les élus et les citoyens. L’écouter, c’est entendre ce que souhaite la population. Je pense que mettre en place un service public de proximité, de qualité, ne peut se faire qu’en associant le personnel aux projets de l’équipe municipale.

Jacques : La gestion financière de la commune est une de mes aspirations. L’argent est le nerf vital d’une commune. Cela fait trop longtemps que cette ville fonctionne en autarcie. Pratiquement aucune subvention n’est venue abonder le budget depuis des années. Il faut monter des dossiers, multiplier les contacts, les démarches à la recherche des aides. C’est prenant mais indispensable à l’évolution de notre commune, sans augmenter la facture de fin d’année.

Q : Vous êtes optimistes ?

Claudette : Oui, bien sûr. Nous avons évalué les besoins et réfléchi aux meilleurs moyens de les satisfaire. La mise en valeur des compétences de chaque salarié de la commune fait partie de notre démarche, et ne peut qu’améliorer les services rendus à la population.

Jacques : Oui, il faut beaucoup d’obstination et de ténacité pour gagner et ceux qui me connaissent, savent que j’en suis capable !

Claudette Bonnin et Jacques Cocheux