Accueil > Élections > Municipales > Municipales 2001 > Lettre n°3 - Janvier 2001 > Une pratique contestable

Une pratique contestable

mardi 2 janvier 2001, par le bureau

Après 6 ans de mandat marqué par l’inaction, le Maire sortant tente un dernier coup de poker. Il lance l’appel d’offres pour la rénovation du CAB. Sans présentation aux Beaumontois, sans réelle concertation avec les intéressés potentiels, sans même un exposé aux conseillers municipaux, il veut jouer ses dernières cartes. Mais, c’est avec l’argent des Beaumontois qu’il s’amuse.

“La politique de la terre brûlée” ?

Panneau du C.A.B.C’est vraiment l’impression donnée par ce dossier. Alors que pendant son mandat, il a laissé la commune aller à vau-l’eau, alors qu’aucune réalisation digne de ce nom n’a vu le jour, alors que les espaces verts régressent sans cesse, alors qu’une urbanisation anarchique se poursuit, alors que les réseaux routiers, d’assainissement et autres se détériorent, alors que la propreté et la sécurité se dégradent, il lance la commune dans un programme non réfléchi, non concerté, coûteux (plus de 20 millions de francs) à quelques semaines d’une échéance électorale essentielle.

Un appel d’offres juste avant les élections

Qu’il ne vienne pas ensuite parler d’une gestion saine ! Fixer le terme de l’appel d’offres à moins d’un mois de la fin de son mandat, moralement un tel comportement est à dénoncer. Pour sauver la face, il n’hésite pas à laisser à l’équipe municipale qui lui succédera un fardeau financier énorme pour une réalisation de prestige mais non réfléchi. Et pourtant !

... il y avait quelque chose à faire

À plusieurs reprises nous avons dit qu’un véritable pôle de vie était indispensable à Beaumont. Nous le pensons plus que jamais. Mais un projet d’envergure ne se mijote pas en comité très restreint. Il implique toute la commune, il ne peut se limiter à une addition de mètres carrés. Il impose concertation, discussion, recensement de tous les besoins. Il réclame une vision à long terme, la prise en compte de tous les aspects de la vie : associations, culture, emploi, services sociaux et municipaux, démocratie, lieu de rencontre et de convivialité, accueil des petits, des jeunes, des aînés ...

Quand on fait vite, on fait mal. Quand on fait seul, on fait mal.

Pour notre part, nous donnerons aux Beaumontois dans la plus grande transparence et en concertation, les infrastructures de qualité, que les majorités municipales précédentes n’ont pas su réaliser.