Accueil > Bulletins > Année 1999 > Bulletin - Février 1999 > Un bilan de quatre ans de gestion

Un bilan de quatre ans de gestion

lundi 1er février 1999, par le bureau

Voilà bientôt 4 ans qu’Alain Dumeil a été élu Maire de Beaumont. Et rappelons-nous : ce n’était pas un novice puisqu’il avait longuement occupé le poste de 1er Adjoint (pendant la gestion de 18 ans de Robert Couvaud), qu’il avait été conseiller général de notre canton et vice-président du Conseil Général pendant plusieurs années. Il ne peut en aucune façon se prévaloir d’une quelconque inexpérience ou d’un manque de préparation pour l’élaboration de projets.

Et pourtant, dressons un premier bilan : quelles sont les réalisations à ce jour de Dumeil et de toute son équipe ? Trois fois rien ! Un transport scolaire reliant le collège (c’est bien mais c’était une proposition d’IDÉES Pour Beaumont au cours de la campagne électorale), un marché le samedi matin, un plan bâclé de circulation dans le bourg, la destruction de jardins familiaux au profit des bassins d’orage du Pourliat, l’urbanisation accélérée et non réfléchie de la zone de la Mourette derrière le collège, le projet pharaonique et destructeur de la Sortie Sud et … c’est à peu près tout !

Quant à la gestion « au quotidien » de la vie municipale, elle brille par son manque de dynamisme, de transparence, de concertation minimale, de démocratie et tout simplement d’information (à peine 2 bulletins municipaux par an).

Personne ne se fait plus d’illusions sur les intentions d’A. Dumeil. Parce qu’il conserve de l’ambition personnelle, malgré son cuisant échec aux dernières élections cantonales, il va sans doute vouloir se présenter de nouveau au poste de Maire en faisant état d’un bilan qu’il voudrait bien valorisant. Alors vont fleurir les projets et poses de premières pierres, en tout premier lieu un Centre Associatif « rénové » (encore une fois une demande exposée par IDÉES Pour Beaumont en 1997), des aires de jeux pour enfants (Cf. nos bulletins précédents), peut-être un aménagement des installations sportives (les tribunes du terrain de rugby annoncées depuis plusieurs mois, par exemple !), à moins que ne resurgisse le projet de piscine.

Au-delà de ce qui apparaît de plus en plus clairement comme du carriérisme, se profile une conception de la vie politique caractéristique de ce qu’est réellement la droite quand elle tient le pouvoir : une méthode de gestion dépassée, centralisée quasiment dans les mains d’un seul homme, une absence de démocratie participative (y compris vis-à-vis de ce qui était son équipe de départ), une absence d’information des citoyens, une absence de concertation, une absence de perspectives et, somme toute, un mépris des administrés.

Face à ce début de bilan d’une gestion contestée (savez-vous que Beaumont se place au septième rang départemental par sa population. Croyez-vous que le rayonnement réel de notre cité reflète ce rang ?), il ne fait de mystère pour personne qu’IDÉES Pour Beaumont, riche d’adhérents toujours plus nombreux, se prépare à remplir le rôle que de plus en plus de nos concitoyens souhaitent nous voir jouer.

Refusant les discours stéréotypés inspirés par des sphères bien éloignées des préoccupations des Beaumontois, nous avons des projets dont certains vous sont déjà présentés à travers nos publications. Nous faisons au jour le jour les preuves de notre présence concrète, de notre sérieux, de notre dévouement, de notre volonté de mettre en place une véritable politique alternative. Nous commençons à constituer une large équipe regroupant diverses sensibilités, socialistes, communistes, écologistes ou alternatives et prête à s’engager autour, entre autres, de François SAINT-ANDRE, Monique VERDIER, Pierre CASSAN, Françoise MONIER, Michel DUGAY, Claudette BONNIN, Bruno AUBOIRON, Marcel CHAPUIS, Jacques COCHEUX et avec tous ceux qui voudront s’impliquer avec nous dans ces nouvelles responsabilités.

Et, plus motivés que jamais, nous continuons le travail entrepris depuis plusieurs années.