Accueil > Bulletins > Année 2006 > Bulletin - Février 2006 > Tous responsables

Tous responsables

vendredi 10 février 2006, par le bureau

17 puis 24 morts…les tragiques incendies de cet été dans des taudis parisiens nous rappellent de façon dramatique qu’il est temps de mettre en œuvre une politique volontariste du logement.

Une triste réalité

Tout le monde est d’accord sur le constat, il manquerait plus de 600 000 logements sociaux- auxquels peuvent pourtant prétendre plus de 70 % des ménages-, 65 000 devant par ailleurs faire l’objet de travaux.

La loi SRU (Solidarité et Renouvellement Urbain), qui fixe à 20 % le taux de logements sociaux en deçà duquel les communes doivent payer une pénalité, est insuffisamment appliquée pour ne pas mécontenter les populations des cités les plus nanties, électorat peu décidé à accueillir des gens moins aisés. Beaucoup d’élus, pourtant prêts à afficher une médiatique solidarité de circonstance lors de catastrophes lointaines, ne semblent guère disposés à travailler pour aider les gens modestes, jeunes ou retraités, actifs ou non, les familles nombreuses ou monoparentales à trouver un logement alors que, en plein renchérissement de l’immobilier, c’est la préoccupation d’un nombre toujours croissant de foyers.

Quel jeune couple, avec un ou deux enfants, peut aujourd’hui, même avec deux salaires corrects, faire construire ou acheter sur notre commune où le moindre mètre carré habitable dépasse les 2000 € ? Sans l’aide de la famille et même en s’engageant sur des prêts de plus en plus longs, c’est devenu pratiquement impossible …

Et pourtant certains n’hésitent pas, avec une scandaleuse impudeur, à dire qu’il vaut mieux payer ou à prétexter des difficultés de financement voire un manque de terrains constructibles …

Il suffit de regarder la carte de l’agglomération clermontoise pour constater que si l’on veut construire du logement social on peut…Tous ceux qui se refusent à appliquer la loi font fi de la solidarité nationale.

Une prise de conscience citoyenne indispensable

Et paradoxalement, l’abbé Pierre, celui qui veut construire des logements très sociaux, arrive en tête des personnalités les plus populaires … Alors il est temps de mettre nos actes en phase avec nos paroles. Nous sommes tous responsables de cette situation : le logement social ne doit plus être que chez le voisin. Nous devons accepter de jouer le jeu et peser sur nos élus afin qu’ils favorisent la mixité sociale, concept généreux, seul capable d’assurer une réelle cohésion, de former une vraie communauté.

Il faut saisir l’opportunité de réhabilitation de quartiers anciens, l’aménagement de nouveaux lotissements pour répartir l’habitat social, revivifier des secteurs vieillissants et permettre une meilleure intégration.

De gros efforts ont été faits par la municipalité actuelle et de nouveaux logements sociaux voient le jour sur notre commune (B. Maître, Mourette, bourg …). Cette politique clairement affichée et qui peut seule assurer la paix sociale dans les années à venir doit être le défi à mener pour tous ceux attachés à la cohésion nationale. Il faut du temps pour voir aboutir les projets, aussi faut-il dès maintenant forcer la cadence.

Peut-on se mettre à rêver qu’un vrai débat, sans démagogie, sans polémique puisse s’engager ? Les politiques ne s’en trouveraient que grandis et la démocratie renforcée. Tous responsables …