Accueil > Édito > Sommes nous les bourreaux des générations futures ?

Sommes nous les bourreaux des générations futures ?

lundi 19 novembre 2018, par Groupe des élus IDÉES Pour Beaumont

La démission de Nicolas Hulot du gouvernement met en évidence le peu d’implication de E. Macron et de ses fidèles dans la mise en œuvre radicale de mesures absolument nécessaires à notre planète. Le poids des lobbys a, malheureusement tout naturellement, trouvé les soutiens du gouvernement. Que ce soit sur la question du transfert de l’énergie nucléaire vers une énergie plus sûre pour l’avenir, que ce soit sur la question du glyphosate et de l’agriculture industrielle dangereuse pour la santé, que ce soit sur la question des déplacements (les fameux bus « Macron » donnant un coup terrible à notre système ferroviaire), sans oublier les abandons multiples en matière de politique sociale et du logement, les faits sont têtus et ont conduit à laisser les mains libres aux tenants d’un capitalisme effréné et suicidaire.

Il est absolument nécessaire de mettre en place un nouveau « logiciel », une véritable politique inversant le cours des choses et en mettant l’avenir de la planète comme axe directeur à toute décision.

Il en est de même bien évidemment au niveau de la politique communale. Toute décision, tout marché public, tout appel d’offre doit mettre comme condition impérative la question de la protection de la planète, à quelque niveau que ce soit. Ainsi, par exemple, il est absolument nécessaire :

  • d’oeuvrer à l’économie des ressources au niveau local : eau, électricité, etc...
  • de réduire nos déchets et nos pollutions
  • de mettre en place une qualité énergétique pour tous les nouveaux bâtiments au niveau « habitat passif » (qui ne consomme pas d’énergie pour le chauffage, comme c’est possible et comme c’est réalisé maintenant en Allemagne par exemple)
  • de développer les transports en commun non émetteur de gaz à effet de serre (et sans doute pas des bus au diesel ...) ainsi que tous les modes doux (vélos, voies piétonnes, ...)
  • de renforcer la restauration bio dans les cantines scolaires et autres restaurant de collectivités
  • de redonner une place importante à la nature en ville afin de créer des îlots de verdure atténuant la chaleur des canicules à venir et absorbant le CO2 émis.

Comme on peut le constater, et malgré des propos souvent trompeurs sur la question, ces orientations ne sont pas prises par la majorité municipale de Beaumont. Il y a là, comme au niveau national, un véritable changement à opérer.

Protéger la planète, c’est en fait protéger notre humanité. Et ça commence chez nous, à Beaumont.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)