Accueil > Édito > Social : des paroles et des actes !

Social : des paroles et des actes !

jeudi 25 août 2005, par Le Groupe IDÉES Pour Beaumont

En matière de politique sociale comme ailleurs, il faut bien distinguer paroles et actes. Notre groupe IDÉES Pour Beaumont fait le point.

Paroles, paroles…

Le gouvernement de droite multiplie les déclarations tonitruantes. La création de 500 000 emplois d’aide à domicile : mais avec quel financement ? La mise en place du chèque emploi universel annoncée en 2004 mais sans suite 8 mois plus tard. Les CES et CEC ont été supprimés, remplacés par les contrats d’avenir mais avec des moyens financiers bien inférieurs. 15 000 créations de places en crèches sont promises mais les financements sont toujours bloqués et en juillet 2005 les Caisses d’Allocations Familiales ne connaissent toujours pas leurs budgets. En l’absence de crédits affectés par l’État, les conventions tripartites (État-Département-Établissement) indispensables pour l’accueil des personnes âgées dépendantes sont bloquées.

Bref, les annonces se multiplient mais aucun suivi n’existe. Tous les professionnels s’alarment de cette politique hypocrite et nocive. Localement, rappelez-vous également l’absence de politique sociale du temps de la droite.

Des réalisations concrètes

À l’inverse, la municipalité actuelle est active et efficace. En votant un véritable budget pour le CCAS, notre groupe IDÉES Pour Beaumont développe l’offre et répond à de nombreuses attentes. Rappelons les dernières mesures : meilleur service en matière de multi-accueil (avec des horaires d’ouverture élargis), mise en place d’un service de portage de repas à domicile (avec 28 personnes inscrites) et maintenant lancement d’un SSIAD cantonal (Service de Soins Infirmiers à Domicile). Ces faits sont réels et concrets.

Loin des effets d’annonce ou des rumeurs, la politique sociale de Beaumont se poursuit avec constance et sérieux. Pour IDÉES Pour Beaumont, la solidarité n’est pas un mot vide de sens mais un engagement constant, soucieux d’efficacité.