Accueil > Édito > Rester calme

Rester calme

jeudi 17 juin 2010, par Le Groupe IDÉES Pour Beaumont

Dans le dernier bulletin municipal, un article d’expression libre s’est transformé en rubrique de désinformation de haut vol. Sereinement et fermement notre groupe souhaite rappeler quelques faits.

On ne peut pas dire n’importe quoi

Dénoncer la politique sociale menée par la majorité est une absurdité. Rappelons simplement qu’en moins de 10 ans, malgré les réticences de ceux qui aujourd’hui jouent aux « chevaliers blancs », le bilan des actions menées dans le secteur social est plus que satisfaisant : création du relais d’assistantes maternelles, ouverture du multi-accueil de La Mourette, structuration d’un véritable CCAS avec accueil, personnels, structure organisée, création du service de repas à domicile…

Bref, la liste est longue des actions menées avec succès.

On ne peut pas sombrer dans la démagogie

Au sein du CCAS, l’opposition est présente. Elle peut s’y exprimer, formuler des suggestions, voire manifester son désaccord. Au lieu de cela, dans cette instance de travail, rien. Silence et même approbation du travail accompli. Et dans le même temps, que ce soit en conseil municipal ou autres, les critiques et insinuations sont monnaie courante. Ce double langage est démagogique. Il est stérile et renforce la méfiance du citoyen
de base face à l’action politique.

On doit être un élu responsable et travailleur

Afin de renforcer l’information des élus, de nombreuses invitations sont adressées à tous, opposition incluse. Il s’agit de suivre les dossiers en cours, de participer aux débats. De telles initiatives sont rares et même exceptionnelles dans la plupart des communes. Elles sont fréquentes à Beaumont. Pour ne s’intéresser qu’aux deux derniers mois, citons : une visite de logement social dans le bourg avec le bailleur Logidôme, une information sur l’éclairage public, une visite du Tremplin avec l’architecte en charge du dossier, une présentation du dossier de la Châtaigneraie, une réunion de la commission d’accessibilité.

Voilà des cas concrets permettant aux élus d’opposition de travailler, de s’informer, de réagir, de formuler remarques ou critiques.

Et pourtant, quelle a été la présence de l’opposition ? Sur le bourg : 1 membre de l’opposition ; sur la Châtaigneraie : 0 ; sur l’éclairage : 0 ; sur le Tremplin : 0 ; sur l’accessibilité : 0.

Ce qui ne les empêchera pas de critiquer et d’écrire tout et n’importe quoi. Y compris sur ces sujets. Mais, c’est sans importance. Nous ne renoncerons pas à proposer de telles possibilités d’information.

On peut toujours espérer…