Accueil > Opinions > Rassemblement pour en finir avec la dictature des marchés financiers

Rassemblement pour en finir avec la dictature des marchés financiers

mercredi 16 novembre 2011, par Jacques Cocheux

Il faut en finir avec la dictature des marchés financiers et les choix politiques d’austérité qui en découlent donnant encore et toujours plus de gages aux marchés financiers et aux agences de notations.

En Europe, plongée dans la pire des situations avec 23 millions de chômeurs, particulièrement les jeunes, l’unique réponse des dirigeants politiques est l’austérité : pression sur les salaires, réduction des services publics, de la protection sociale, des pensions, durcissement des conditions de travail et de vie.

Faces aux plans d’austérité, la règle d’or pour les salariés, c’est la mobilisation dans toute l’Europe

En France, le plan Fillon pour réduire le déficit de la France est injuste, inéquitable et inacceptable et pénaliserait une fois de plus les salariés, contrairement aux annonces médiatiques du gouvernement sur la contribution des plus fortunés. Semaine après semaine, les annonces de nouvelles mesures enfoncent le clou.

Bernard Thibault a commenté la situation par une expression (entre autres) : « Nouveau plan de rigueur, nouvelles mesures d’austérité, c’est plus d’injustice sociale et c’est surtout nous entraîner dans une récession économique à coup sûr ».

Alors que le pouvoir d’achat des ménages baisse entre 2007 et 2010, les dividendes versés aux actionnaires explosent et les cadeaux faits aux plus riches et aux entreprises continuent.

Chômage, pouvoir d’achat, logement, santé, protection sociale et services publics nécessitent des réponses immédiates. La CGT propose de traduire avec les salariés les dix exigences détaillées ci-dessous en revendications justes, précises, portées par tous, dans chaque entreprise, pour obtenir des résultats concrets.

  1. Revaloriser les salaires, les pensions et les minima sociaux
  2. Contrôler les aides publiques aux entreprises
  3. Contraindre les entreprises à des alternatives aux licenciements
  4. Suppression des exonérations fiscales et sociales sur les heures supplémentaires
  5. Stopper les suppressions d’emplois
  6. Développer les politiques publiques et les moyens des services publics
  7. Réformer la fiscalité en profondeur
  8. Créer un pôle financier public et établir un mécanisme de crédits à taux réduits
  9. Taxer les mouvements spéculatifs de capitaux et éradiquer les paradis fiscaux
  10. Mettre en place un fond européen de solidarité sociale et de développement économique

C’est dans les entreprises que les syndicats et les salariés, unitairement, doivent débattre et décider des revendications et la CGT pose le principe de la grève pour en définir les modalités avec les salariés eux-mêmes.

La CGT propose d’agir, ensemble, de l’entreprise au national et au niveau européen

Dans le même temps, il y a nécessité de se mobiliser unitairement, tous ensemble, sur les enjeux communs à tous les salariés. Le seul risque que l’on prend en se mobilisant ensemble, de l’entreprise à l’international, c’est éventuellement d’être entendu !

Par un nécessaire débat d’idées, par la construction des revendications, par le rapport de force à l’entreprise et dans les bassins d’emplois, pour les salaires, l’emploi et les conditions de travail, pour une politique industrielle d’avenir, pour la défense de la protection sociale et l’amélioration des services publics, pour la retraite à 60 ans et pour de réels accords sur la pénibilité, pour autre répartition des richesses et une autre gestion de « notre » argent... DEBATTONS et PORTONS PLUS FORTEMENT NOS EXIGENCES, ORGANISONS-NOUS, TOUS ENSEMBLE !

Dans le Puy de Dôme, l’Union Départementale Cgt, a pris la décision d’appeler à un rassemblement, samedi 19 novembre, à 15H00, Place de JAUDE et d’inviter les différentes « forces » du mouvement social à y participer. Ainsi, nous avons contacté les organisations syndicales du département, les partis politiques, et nous sommes également en relation avec le collectif local, qui se met en place, pour un audit citoyen de la dette publique. (voir le site http://www.audit-citoyen63.org/)

Cette décision a été prise parce qu’il est urgent d’occuper le terrain. Il est indispensable de réagir face aux mesures prises par le gouvernement, et face à une dictature des marchés qui ne se cache plus, particulièrement en Europe.

Les origines de la dette sont contestables et doivent être contestées. En opposition aux plans d’austérité des gouvernements en place, nous avons d’autres solutions à porter, en France comme en Europe. L’idéologie qu’ils tentent d’imposer doit être battue en brèche. L’entrée dans certaines assemblées, comme en Italie, d’élus d’extrême droite n’est en rien un gage d’avenir serein.

La Confédération Cgt, dans sa démarche, doit faire des propositions prochainement à l’intersyndicale nationale. Cette rencontre serait prévue ce vendredi 18 novembre au plus tard. Dans ce sens, la Cgt 63 a également proposé qu’une réunion intersyndicale puisse se tenir, dès lundi 21. Aussi, dans les jours qui viennent, les militants de la Cgt disposerons d’une expression de masse, à diffuser largement, pour élever le niveau de conscience, le niveau de confiance... et le nécessaire rapport de force.

Parce que nous pensons que la contestation doit s’accélérer,

  • pour qu’une autre idéologie soit présente,
  • pour une opposition réelle du travail face au capital,

Nous invitons l’ensemble des syndiqué(e)s de la Cgt mais aussi toutes et celles et tous ceux qui portent d’autres propositions, d’autres solutions pour répondre à la crise...

A PARTICIPER A CETTE ACTION DU 19 NOVEMBRE 2011,
15H00, PLACE DE JAUDE.