Accueil > Édito > Quel contraste

Quel contraste

mardi 24 février 2004, par Le Groupe IDÉES Pour Beaumont

Au moment où l’opposition municipale s’essouffle à coups de déclarations erronées et ridicules, la majorité, elle, travaille et met en place les indispensables dispositifs dont notre commune a besoin.

Ainsi, comme IDÉES Pour Beaumont l’avait souhaité, la Maison des Beaumontois est ouverte à tous. Grâce à l’effort général, les délais ont été quasiment respectés et l’enveloppe financière également. Il en sera de même dans quelques mois de la Halle des Sports. Quel contraste avec d’autres équipements qui ont connu une dérive impressionnante (ex. : la Halle d’Auvergne dont le coût définitif est 3 fois supérieur aux annonces initiales).

Cette Maison des Beaumontois abrite un véritable pôle social (réclamé par IDÉES Pour Beaumont depuis si longtemps) qui fonctionne depuis le début de l’année. Quel contraste avec la politique gouvernementale qui relègue au dernier rang de ses préoccupations les problèmes sociaux. Rappelez-vous : alors même que le Président de la République place l’emploi au rang des priorités, les suppressions d’emploi sont annoncées massivement (France Telecom, SNCF…).

De même, ainsi qu’IDÉES s’y était engagé, la rénovation de l’école Jean Zay et la suppression des préfabriqués est le prochain grand dossier. Quel contraste avec l’immobilisme de toute la droite Beaumontois qui, pour une fois unie, se satisfaisait sans état d’âme de cet équipement obsolète.

Un autre contraste nous frappe. Au moment où les élus IDÉES s’engagent très activement dans une politique de proximité qui porte ses fruits, on voudrait nier ces améliorations notables : entretien plus régulier, patrimoine géré, entrées de ville traitées, poubelles et bancs plus nombreux, feux et éclairages sécurisés, réseaux bonifiés, voirie suivie, vie culturelle, sportive et associative dotée d’équipements et encouragée …

Il faut associer à cette occasion le personnel communal qui s’implique dans les actions visibles (interventions par temps de neige) ou plus obscures (soutien aux associations), voire ingrates (nettoyage). Ces efforts se poursuivront comme l’atteste l’installation des premiers sani-canins.

C’est ainsi, par la participation de tous, qu’ensemble nous continuerons à améliorer la ville où nous avons choisi de vivre.