Accueil > Bulletins > Année 1999 > Bulletin - Septembre 1999 > Nous sommes 10 716 Beaumontois

Nous sommes 10 716 Beaumontois

mercredi 1er septembre 1999, par le bureau

La forte progression de la population beaumontoise est le résultat le plus marquant du recensement de ce printemps. Elle n’est pas sans incidence sur la vie quotidienne de notre ville.

Les chiffres parlent d’eux-mêmes

La population de Beaumont est officiellement passée de 8 023 en 1982 à 9 465 en 1990 pour atteindre 10 716 d’après les premiers résultats estimés du recensement 1999 : un taux d’évolution impressionnant de 13,2 % entre 90 et 99 et la plus forte hausse du département en valeur absolue avec 1251 habitants supplémentaires. Notre commune est la septième du département, la quatrième de l’agglomération, derrière Clermont, Cournon et Chamalières. Beaumont occupe le 787e rang national. Incontestablement, Beaumont attire. Sa proximité du centre de Clermont et des sorties sud et ouest, sa réputation d’une commune tranquille n’y sont pas pour rien. Les municipalités en place depuis les dernières décennies ont cherché à « vendre » cette image.

Ce que cela change

En vrac, nous pouvons citer : un nombre de conseillers municipaux dépassant la trentaine, une rémunération supérieure pour le Maire et ses adjoints, une assiette de taxe d’habitation et de taxe foncière encore élargie, une meilleure dotation globale de fonctionnement.

Des réalités qu’il faut prendre en considération

Mais cela signifie aussi : la quasi-disparition de tous les espaces verts ou vacants de notre commune, une densité de population désormais très élevée (et M. le Maire envisage que notre commune puisse atteindre 15 000 habitants ! !), des réseaux de voirie, alimentation en eau, assainissement toujours plus longs et qu’il faudrait vraiment entretenir et rénover. Cela impose aussi la satisfaction urgente de besoins dramatiques en matière de politique sociale, de dynamisation de la vie associative, d’accueil des jeunes dans de vraies structures modernes. La célébrité des préfabriqués du CAB et de l’école Jean Zay dépasse largement les limites de notre commune. Ne parlons pas du roman-feuilleton du terrain de rugby et de ses aménagements promis depuis si longtemps (y compris dans la presse spécialisée ... il y a déjà plus de 12 mois !). Cela implique aussi des devoirs vis-à-vis de tous les citoyens : ceux du bourg qui désespèrent, les nouveaux arrivants qui s’étonnent, ceux qui attendent une vie démocratique tonique, ceux qui rêvent de rues propres, ceux qui attendent toujours un rendez-vous, ceux qui voudraient bien sauver leur commerce, ceux qui ... La liste et longue. Et les Beaumontois doutent. Notre commune « joue dans la cour des grands ». Se donnera-t-on les moyens de « tenir son rang » ?