Accueil > Vos élus > Notre ville mérite mieux !

Retour sur le conseil municipal du jeudi 10 octobre

Notre ville mérite mieux !

mardi 15 octobre 2019, par Groupe des élus IDÉES Pour Beaumont

Le dernier conseil municipal du jeudi 10 octobre s’est terminé dans une grande confusion soulignant les conflits internes qui divisent la majorité actuelle.

Venant à la suite de plusieurs mois d’échanges plus ou moins violents entre le premier adjoint, le maire et l’adjointe à la vie sociale, cette dernière a fait une déclaration publique, distribuée au public et donnant son point de vue.

La justice est saisie et nous attendons une décision sur le fond de cette affaire.

En tant qu’élus et puisque nous avons été interpellés par un courrier rendu public, il nous semble important de souligner :

  • que tout cela a des répercussions sur l’ensemble de l’exécutif de la commune.
  • que cette situation est indigne de la part d’élus en situation de responsabilité.
  • que ces tensions ne sont pas sans répercussions sur les conditions de travail des agents municipaux
  • et enfin que le travail au service de nos concitoyens est en souffrance, car les véritables enjeux pour nos concitoyens et pour Beaumont ne sont pas pris en compte, ce qui est le cas de la politique sociale qui est en panne : diminution des actions du Plan Local d’Insertion par l’Emploi, baisse des aides sociales, suppression de MAPAJOU-aide aux familles, etc.

Notre ville et les Beaumontois·es méritent mieux !


Voir en ligne : Article de La Montagne

Messages

  • Il serait necessaire de savoir pourquoi les autres élus de la majorité municipale de droite se taisent depuis des mois ? Certains disent qu’ils soutiennent Mme Faye « par derrière », mais pourquoi votent-ils toujours à l’unanimité y compris les faits qu’elle dénonce par ailleurs, comme par exemple les prises illégales d’intérêt (nomination d’adjoints responsables d’associations, ce qui est interdit par la loi) ?
    Monsieur Dumeil a déclaré en conseil qu’il détenait des dossiers « gros comme ça » sur elle, sur d’autres ?
    Sur cette affaire, comme sur d’autres, le premier adjoint CUZIN s’efforce de paraître blanc comme neige alors qu’il est, depuis des annees, un soutien fidele de DUMEIL ! Les Beaumontois.es étaient en droit de connaître son positionnement public. Pourquoi son silence ?
    Drôle d’ambiance, tout de meme, faite de choses cachees, de suspiscions et d’accusations reciproques.
    Et Beaumont dans tout ça : une image déplorable, un dynamisme mal en point et nos concitoyens écœurés de toutes ces pratiques d’un autre âge ! Il est temps de tourner la page.

  • Réponse à l’article « Notre ville mérite mieux »
    A la lecture de l’article publié sous le titre « Notre ville mérite mieux », je souhaite remettre certaines choses au point, notamment sur la raison de mon intervention lors du conseil municipal qui n’est pas politique, mais bien de dire haut et fort : STOP ! à certains agissements.
    Le rédacteur transforme mon intervention en éléments à caractère politique, ce qui n’est absolument pas le cas. Il s’agit pour moi de me protéger face à tout ce que je subis depuis plusieurs années et qui m’a conduite à déposer plainte auprès de Monsieur le Procureur de la République.
    En effet, personnellement, depuis plus de deux ans, je n’ai plus de responsabilité concernant mes fonctions au CCAS : Je suis mise au placard ! Toutes les décisions et responsabilités concernées par ce secteur sont prises par Monsieur le Maire, président du CCAS, et par la nouvelle direction mise en place par ce dernier.
    En ce qui concerne les agents les tensions ne viennent pas de moi, j’évite même de les mettre en difficultés, lorsque je rentre dans leur bureau même juste pour les saluer je suis suivie à la trace, voir dérangée afin d’écourter ma visite. Le service d’aides à domicile n’ose pas échanger avec moi (il ne faut rien dire à Mme Faye ordre de la direction, lors des vœux 2018) Il en est de même pour certains élus (es).
    Il résulte donc de cette situation un état de souffrance permanent sur ma personne. Je vis très mal les sous-entendus et autres sarcasmes proférés en ma direction par Monsieur le Maire et son très « dévoué adjoint » Jean-Pierre Cogneras, sans parler de la dévalorisation de ma personnalité découlant de tout cela. Mais j’insiste sur le fait que ce n’est pas politique ! C’est bien moi, à titre personnel, qui suis mise en cause ! C’est bien une question de personne ! Apparemment, je dérange, je n’ai pas suffisamment obéi à certaines demandes !
    Quant à dire que l’ensemble des élus, à commencer par le premier adjoint Jean-Paul Cuzin pour ne pas le nommer, soutient Monsieur le Maire dans cette direction, il semble difficile de l’affirmer ! En effet, Jean-Paul Cuzin me soutient fortement et l’a prouvé en plusieurs occasions par des interventions auprès de Monsieur le Maire, ainsi que d’autres adjointes, adjoints, et délégués(es), malheureusement sans être entendus. Et oui, là aussi Monsieur le Maire fait preuve de pleins pouvoirs et ne tient nullement compte des observations et avis qui lui sont faits !
    Pour toutes ces raisons, je suis en arrêt de travail afin de me protéger, ainsi que les agents et la collectivité.
    Aline Faye

  • Les propos d’Aline FAYE me laissent un peu songeur quant à sa conception de la politique.
    En effet :

    • n’est-ce pas politique que la conception développée par l’autorité municipale et concernant la place de la femme ? Le harcèlement, plus ou moins à connotation sexuelle, dénote bien d’une conception rétrograde et réactionnaire de la femme, en particulier dans le contexte d’un exécutif municipal.
    • n’est-ce pas politique que cette conception autoritaire de l’exercice d’un mandat de maire, ou d’adjoint ? C’est ce qu’on appelle aujourd’hui la GOUVERNANCE. Les divergences ou les différences de points de vue au sein d’une équipe municipale, fut elle de droite, ne justifient en rien de telles pratiques qui, ramenées à l’échelle de la commune et de nos concitoyens, démontrent bien le peu de considération en matière de simple démocratie locale.
    • quant à la position du 1er Adjoint, M. Cuzin, le moins que l’on puisse dire c’est qu’il manque de courage politique ! (D’autres élus de la majorité sont dans la même logique). Ne pas prendre partie publiquement, en Conseil Municipal par exemple, c’est bien, sinon approuver, du moins cautionner les pratiques que dénoncent Mme Faye. Sans doute veut-il aussi « ménager la chèvre et le chou », ne pas trop déplaire à ses amis de droite et apparaitre comme un « sage conciliateur » ... Mais tout ça, sans tenir compte, ni de la souffrance de Mme Faye, ni du grippage des services municipaux, ni d’un minimum d’éthique dans la conduite des affaires de la commune.
      J’ai déjà eu personnellement l’occasion de développer mes arguments à Aline F. , et même si je reconnais qu’elle a eu du cran de s’exprimer publiquement, nos divergences existent car elles sont éminemment POLITIQUES.
      FSA
  • Effectivement, Monsieur Saint-André, notre ville mérite mieux.

    Vous avez bien voulu rendre compte puis commenter sur votre site, au nom de votre groupe et en votre nom propre (FSA), l’intervention de ma collège Aline FAYE à la fin du conseil municipal du 10 octobre dernier.
    Sur la forme ce compte rendu présente un certain nombre d’éléments factuels et vérifiables.
    Sur le fond votre exercice de style qui ne trompe personne n’échappe pas aux raccourcis, amalgames et autres présentations partisanes auxquelles vous avez malheureusement habitué les élus du Conseil Municipal ou de la Métropole mais aussi et malheureusement les Beaumontois.
    Ces derniers n’ont d’ailleurs pas manqué de vous faire part de leur avis sur la question à l’occasion des dernières élections municipales.
    Toutefois, étant nommément cité, je souhaite apporter directement et personnellement quelques éléments de compréhension aux Beaumontois qui ne manqueront, quant à eux, de faire la part des choses en ne cédant pas aux sirènes de la campagne polémique que vous semblez vous apprêtez à mener. Je suis en ce sens particulièrement surpris par la facilité intellectuelle que vous avez prise et qui ne reflète pas la qualité de pensée de l’homme que je peux connaitre par ailleurs et cela en dépit de nos divergences d’opinions.
    La politique politicienne a sans doute ses raisons que mon éthique personnelle ignore…
    En ce sens, et soucieux de mener une campagne digne et centrée sur le projet ambitieux que je présenterai en temps voulu, je ne m’appesantirai pas sur l’épisode du 10 octobre dernier et ferai part en temps voulu aux Beaumontois de mes conclusions sur le sujet.
    Néanmoins, et je vous rejoins sur ce point, cet épisode est sans doute le point d’orgue d’un contentieux qui a pris racine il y a maintenant plusieurs années entre le Maire et son Adjointe et qui était, sur la base des éléments aujourd’hui rendus publics par Mme Faye et Monsieur Dumeil, parfaitement ignoré de tout à chacun, moi y compris. Aussi, comme vous et l’ensemble des Beaumontois, je demeure particulièrement meurtri par cet évènement pouvant me laisser penser que l’ensemble de l’équipe municipale (dont le Premier-Adjoint) et l’ensemble du Conseil Municipal, ont pu être instrumentalisés en ne connaissant que partiellement les tenants et aboutissants de cette affaire.
    Aussi, comment ne pas vous rappeler personnellement avec bienveillance et souligner ce fait au Groupe Idées pour Beaumont, que ce différend a pris depuis le printemps 2019 une tournure judiciaire avec la décision de Mme FAYE de déposer plainte auprès de Monsieur le Procureur de la République. Une enquête préliminaire est donc en cours. Il appartiendra aux autorités compétentes de se prononcer sur ce dossier concernant non pas un querelle politique mais bel et bien un dossier concernant un différend, entre un homme et une femme, comme il en existe malheureusement trop.
    En l’état actuel du dossier, il vous revient donc la responsabilité ainsi qu’au groupe politique que vous semblez (encore ?) représenter, de prendre part publiquement ou non à ce dossier.
    Pour ma part, confiant en la Justice et respectueux de cette procédure, il ne m’appartient pas de commenter davantage les choses ou de prendre à témoin le personnel municipal avec lequel vous avez collaboré durant toute une mandature avec un style qui vous était tout à fait personnel également.
    Depuis la campagne de 2013/2014 et ensuite à l’issue du scrutin de mars 2014, Aline FAYE et moi avons appris à nous connaitre, à nous respecter et je crois pouvoir dire à nous apprécier. Tout cela s’est toujours fait avec une grande franchise entre nous ce qui nous a permis de toujours pouvoir partager voir parfois confronter nos idées dans un profond respect mutuel. Si cela est le cas avec moi, cela l’est aussi avec d’autres collèges de l’actuelle équipe. C’est d’ailleurs grâce à ces échanges directs que nous avons convenu de ne pas faire d’exploitation d’une situation qui n’est pas, comme l’a rappelé fort justement Aline FAYE, un conflit politique.
    Alors oui, Monsieur Saint-André, à la politique de la calomnie, des roulades dans la boue ou des sauts dans le caniveau, je préférerai sans l’ombre d’un doute demeurer au-dessus de la mêlée.
    Je laisserai ainsi toujours la possibilité à mes concurrents de se disputer pour savoir ce qui est le pire pour Beaumont…
    …Pendant ce temps, mon équipe et moi travaillons pour proposer ce qui est le meilleur pour chacun des Beaumontois…
    Bien cordialement,
    Jean-Paul Cuzin

  • Le long texte de M. Cuzin lui permet sans doute d’enrober les faits et surtout de ne pas répondre sur quelques points :

    • soutient-il M.Dumeil dans sa façon de diriger la municipalité et la commune ?
    • s’est-il désolidarisé des pratiques et décisions contestables (c’est le moins que l’on puisse dire) telles que les prises illégales d’intérêt ou la mise à mal de la politique sociale ?
    • depuis de nombreuses années, il est en binôme avec le maire : a-t-il été à ce point aveugle ?
    • pourquoi ne pas prendre publiquement position sur les questions generales du harcelement tel que décrites par Mme Faye ? Pourquoi donc ce silence assourdissant ?

    Il manque à cette municipalité sortante un minimum de sens éthique, voire de morale quant à la chose publique. Les élus doivent agir, non pour leurs propre carrière ou poste, mais bien pour l’intérêt général. Il faut en revenir à ces engagements forts et ... nécessaires.

  • Réponse anonyme à Jean-Paul Cuzin. Bel exemple de « sens éthique, voire de morale... »

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)