Louis et les deux droites beaumontoises

ou quand la paire cherche le père ...

Politique

Louis Giscard d’Estaing aurait, nous dit-on, fait un rêve affreux, un véritable cauchemar, bref une cataclysme nocturne pire encore que le déficit abyssal de Vulcania : il aurait en effet atteint le comble de l’horreur en rêvant que les oppositions de droite beaumontoises étaient au nombre de ... trois !

Si, ce qu’à Dieu ne plaise, de telles pensées revenaient perturber le repos bien mérité de notre député, qu’il sache que, malgré nos divergences, nous saurions lui témoigner toute notre solidarité. En effet, réfléchir avec Actes Alternances sur la région, partager la galette avec Beaumont Passion méritent toute notre compassion, ses hôtes s’arrogeant tour à tour sa présence sans la moindre arrière-pensée politique ni la moindre rivalité pour les municipales évidemment ...

Il y a dans cette recherche frénétique d’adoubement par le député-fils de Président, une puérilité et un ridicule qui n’échapperont pas aux Beaumontois.