Accueil > Bulletins > Année 2002 > Bulletin - Juillet 2002 > La nouvelle loi SRU (Solidarité et Renouvellement Urbain), une chance à (...)

La nouvelle loi SRU (Solidarité et Renouvellement Urbain), une chance à saisir, des exemples à Beaumont

lundi 1er juillet 2002, par le bureau

Comment la nouvelle loi SRU peut-elle s’appliquer à notre cadre de vie beaumontois ?

Économie de l’espace, intérêt global des citoyens, aménagement des transports en harmonie avec l’urbanisme sont les mots-clefs de cette nouvelle donne.

Beaumont appartient à une communauté d’agglomération qui s’appelle Clermont Communauté et les intérêts des Communautés sont liés à ceux des habitants des communes environnantes vice-versa. Le respect de la loi impose un traitement identique pour chaque problème et une application des règles, la même pour tous, quelle que soit l’importance de la cité concernée.

Incohérence de certains projets

Force est de constater que dans les projets d’aménagement en préparation, tout cela n’est pas toujours vraiment respecté. Difficile de s’opposer aux décisions de la grande sœur clermontoise qui a tendance à jouer “perso” quand elle entend assurer son propre développement !

Un exemple : le tramway occupera un site intra-muros et ne se prolongera aucunement sur les communes périphériques. C’est tout de même inquiétant quand on sait que le financement du SMTC est assuré par l’ensemble des communes de l’agglomération ! (Ce projet de tramway n’est d’ailleurs pas à une contradiction près puisqu’il évitera soigneusement les gares ferroviaire et routière !)

Un autre exemple : le maire de Clermont-Ferrand semble s’arc-bouter au projet pharaonique de construire un méga parc de stationnement (sous-sol et étages ?), place Henri Dunant. Le but avoué et reconnu par les élus clermontois est de limiter le trafic des véhicules en centre-ville en les retenant en périphérie (en périphérie de la commune de Clermont-Ferrand et non pas en périphérie de l’agglomération clermontoise, nuance importante). Pour désengorger les artères de la ville, il est aussi question de mettre la rue Etienne Dolet en sens unique (Clermont-Beaumont)

Ce projet de parking aura un effet pervers sur la vie des Beaumontois : les véhicules provenant de l’extérieur et arrivant au rond-point de Pourliat se dirigeront naturellement en un flot continu et intense vers ce parc de stationnement, coupant la cité beaumontoise en deux îlots !

Il n’y a pas de fatalité

Ces deux exemples montrent à l’évidence qu’une concertation est indispensable pour que les intérêts de chaque commune qui la compose soient préservés.

La loi SRU va dans ce sens puisqu’elle impose des enquêtes d’utilité publique dès lors qu’il y’a élaboration ou modification des documents d’urbanisme. Les associations locales d’usagers agréées seront consultées, à leur demande, pour l’élaboration des SCOT (Schémas de Cohérence Territoriale), des schémas de secteur des PLU (Plan Local d’Urbanisme) et des cartes communales.

Il faut faire entendre sa voix et la loi SRU donne un cadre à cette concertation.

La “pénétrante” et le contournement Sud-Ouest

En reprenant le deuxième exemple cité plus haut, il est évident que le flux de véhicules serait canalisé par une voie qui s’appelait autrefois “Pénétrante” et qui a pris depuis le nom d’“Avenue Sud”. Elle relierait le rond-point de Pourliat à la place Henri Dunant, épousant le tracé actuel de la route de Romagnat devant le cimetière dans sa partie sud et perforant les terrains à l’est de la rue Alexandre Varenne dans sa partie nord.

Les Beaumontois, riverains mais aussi les autres, sont concernés par ce projet, il n’est pas question une seconde que le moindre coup de pelle soit donné sans que leur avis n’ait été sollicité.

Il existe aujourd’hui un projet de Contournement Sud-Ouest (CSO) de l’agglomération clermontoise par un boulevard (BSO) qui a soulevé tant de problèmes et de critiques qu’une association “Contournement Sud-Ouest et Environnement” (CSOE) s’est constituée pour proposer des solutions plus respectueuses de l’environnement.

Les associations IDÉES Pour Beaumont et CSOE travaillent désormais en concertation et se sont mises d’accord pour lier les deux projets : Boulevard Sud-Ouest et Avenue Sud.

Chaque Beaumontois doit être conscient de l’importance des enjeux et savoir que la décision retenue engagera sa cité pour plusieurs décennies. Il doit s’efforcer de maîtriser l’avenir en suggérant, dans le cadre de la loi, des propositions nouvelles, voire des contre-propositions susceptibles de satisfaire le plus grand nombre pour une meilleure harmonie urbanistique.

Ainsi, concernant cette Avenue Sud, plusieurs questions peuvent se poser :

  • Faut-il s’opposer vigoureusement à ce qu’elle soit une autoroute urbaine ?
  • Faut-il imposer une chaussée à 2 voies plus une voie centrale “tourne-à-gauche” ?
  • Faut-il l’enterrer ? Sur combien de tronçons ?
  • Faut-il combattre le projet du parking de la place Henri Dunant et exiger un parc de stationnement situé plus en périphérie ? Doit-on accompagner cette proposition de l’implantation d’un TCSP (Transport en Commun sur Site Propre) reliant la place Dunant au rond-point de Pourliat ? Il ne faut pas négliger pour autant les aménagements indispensables qui doivent accompagner cette réalisation.

Quelles réponses peut-on donner à toutes ces interrogations ?

Et la Mourette

Un autre sujet d’intérêt concernant les Beaumontois peut donner des éléments de réponse quant à la façon de procéder et de réfléchir pour construire l’avenir : L’aménagement de la ZAC de la Mourette.

  • Imaginer l’espace pour y rendre la vie plus agréable (commerces, espaces conviviaux, aires de jeux, nature de la voirie...)
  • Développer la réalisation de logements sociaux dans cette zone.
  • Montrer qu’il est non seulement souhaitable de favoriser la mixité sociale, mais aussi indispensable de retenir sur notre commune des couples avec jeunes enfants incapables de s’établir à Beaumont tant les conditions financières sont exorbitantes et décourageantes. Il s’agit là de l’avenir de nos écoles ...

En dépit de vaines gesticulations destinées à inquiéter la population concernée, avec les conséquences perverses que l’on sait, il n’y a aucune crainte à redouter, bien au contraire.

L’équipe municipale, en accord avec la loi SRU, s’est engagée dans un processus de concertation innovant et inconnu à ce jour à Beaumont : la constitution d’un comité de réflexion réunissant les personnes concernées : habitants, représentants des syndicats de locataires et propriétaires, des associations ...

Cette loi bien appliquée doit permettre, dans un cadre associatif, de pouvoir peser sur son destin.