Accueil > Bulletins > Année 2004 > Bulletin - Octobre 2004 > Il n’y a pas que la vérité qui fâche …

Il n’y a pas que la vérité qui fâche …

mardi 5 octobre 2004, par le bureau

La lecture du “bulletin municipal de l’opposition U.M.P., Actes Alternance” nous plonge toujours dans un étonnement embarrassé, tant les informations qu’il assène sont fausses.

En effet, quelle attitude adopter ? Répondre au risque d’entretenir des polémiques dont beaucoup de Beaumontois n’ont que faire et qui déconsidèrent la politique ou se taire en craignant que des gens crédules ou mal informés n’accordent quelque crédit à ses propos péremptoirement affirmés ? Nous avons choisi cette fois de réagir en reprenant les points soulevés mais en ne doutant pas que cette entreprise sera suffisamment éloquente pour ne pas avoir à la renouveler.

  • Police municipale : un second policier a bien été recruté ; la décision était connue de tous depuis longtemps y compris par ceux qui ne cessent de dénoncer tout recrutement.
  • Les anciens combattants n’ont plus de locaux : au contraire, il leur a même été annoncé des aménagements. De plus, beaucoup sont conscients de l’écoute nouvelle et respectueuse qui leur est faite ainsi que de la bonne tenue des cérémonies de commémoration.
  • L’affectation des salles associatives faite “à la va vite” : toutes les associations ont été consultées et ont obtenu des espaces et du temps.
    Spéculation de la ville à la Mourette : le groupe “Actes Alternance” a voté le 17 mars 2004 pour l’offre tarifaire la plus élevée.
  • Un sculpteur dans la ville : le 17 décembre 2003, ce projet était voté à l’unanimité ainsi que son financement.
  • Commerce local : une garantie de trois ans ne leur semblant pas suffisante quant à la pérennité d’ATAC, nous nous permettons de leur rappeler qu’elle est de 9 ans et que tous les élus le savent.
  • Un scrutin épique : les Beaumontois ont pu constater que, malgré sa complexité, le double scrutin de mars dernier s’était déroulé de façon satisfaisante grâce au dévouement du personnel municipal, des élus et de beaucoup de citoyens parmi lesquels de très nombreux adhérents d’IDÉES.

Bref, un peu plus d’honnêteté intellectuelle contribuerait à un débat démocratique de meilleure qualité auquel nous souhaitons ardemment qu’Actes Alternance puisse un jour participer.