Accueil > Bulletins > Année 2006 > Bulletin - Février 2006 > Éditorial : La nécessité de l’union

Éditorial : La nécessité de l’union

vendredi 10 février 2006, par le bureau

L’association IDÉES pour Beaumont est heureuse de vous présenter tous ses vœux de bonheur pour l’année en cours. Certes, tout ne porte pas à l’optimisme. De sombres pensées et des propos provocateurs, hier encore l’apanage de la seule extrême droite, sont aujourd’hui repris par la droite au pouvoir, surenchère fétide aiguisée par la compétition malsaine qui se développe entre ses postulants à l’élection présidentielle, y compris au sein même d’un gouvernement qui aurait pourtant d’autres chats à fouetter. La gauche, hélas, n’est pas exempte de ces stratégies politiciennes qui affligent toutes celles et ceux attachés à ses valeurs.

Alors que le chômage, les difficultés à se loger, la crise des banlieues, les problèmes qui affectent les grandes institutions de notre République ( Enseignement, Justice, Sécurité sociale) et la lutte contre une pauvreté toujours plus criante, devraient mobiliser toutes les énergies, c’est l’idéologie la plus régressive qui se met en place. Stratégie simpliste du “père Fouettard” à l’encontre des jeunes, baisse de l’impôt qui ne profite qu’au plus nantis, transferts financiers opérés sans vergogne sur les collectivités territoriales, remise en cause des 35 heures, privatisations foncièrement idéologiques, mise à mal du système social, longue est la liste des atteintes faites par le pouvoir en place. Il est temps pour la gauche de construire un vrai projet avec des engagements clairs et précis et qui puissent être tenus.

À IDÉES, c’est ce à quoi nous avons toujours tendu dans le respect des différences mais dans la nécessité de l’union. Une politique lisible sans être simpliste, ferme mais sans autisme, une volonté de l’appliquer dans la transparence et la continuité, tel est ce que nous voulons continuer à construire avec toutes celles et ceux qui, las des stratégies politiciennes ou des ambitions personnelles, pensent que, à Beaumont au moins, travailler ensemble est un devoir.