Accueil > Édito > Décentralisation, acte III

Décentralisation, acte III

Parole aux élus Front de Gauche du groupe

jeudi 4 avril 2013, par Le Groupe IDÉES Pour Beaumont

l faut redire la lourde responsabilité de la droite sur la situation dans laquelle se trouvent la France et l’Europe aujourd’hui. Une droite qui se pose en donneuse de leçons, une droite toujours sur les mêmes options, celles qui ne peuvent mener qu’à plus de rigueur, d’austé- rité et de détresse humaine.

Il faut rappeler les élections de 2012 et la formidable aspiration à une transformation politique et sociale d’ampleur.

Or le gouvernement de M. Hollande n’a pas jusqu’ici rompu avec les politiques antérieures, signant en octobre 2012 le traité budgétaire européen, demandant aujourd’hui aux députés de valider un Accord National Interprofessionnel exigé par le MEDEF.

Et voilà « l’acte III de la décentralisation » en continuité avec la réforme initiée par Nicolas Sarkozy. Les regroupements forcés en grandes intercommunalités, comme à Roanne, se poursuivent. Aux côtés de mesures d’intégration spécifiques pour Paris, Lyon et Marseille, très controversées, sont créées d’autres métropoles qui impactent près de 40 % de la population. Les Régions, dont les pouvoirs sont augmentés, se retrouvent en concurrence avec les métropoles. Le référendum du 7 avril en Alsace pour une fusion département et région s’inscrit dans cette ligne. Au nom de la parité on abandonne la proportionnelle et le pluralisme dans les cantons. Quant aux communes, au mieux, cette réforme les ignore, au pire, elle est porteuse de perte de compétences au profit des communautés de communes. Faute d’une réflexion sur un aménagement du territoire équilibré, faute d’un grand débat public ce projet de loi porte dans ses fondements l’éclatement de l’égalité républicaine en vue d’un fédéralisme européen.

On a en un bel exemple actuellement avec le décret sur les rythmes scolaires qui met fin à l’égalité d’accès à une même école dans toute la France.

Les élus communistes et républicains, membres du Front de Gauche défendent une autre réforme pour développer les droits de tous à se former, à se loger, à se déplacer, à se soigner, à se cultiver. Une réforme qui permette de combattre les fractures territoriales béantes, les inégalités sociales, une réforme qui réponde aux besoins humains, sociaux, écologiques d’aujourd’hui. Il faut une réforme qui permette aux citoyens d’être enfin au centre des enjeux et des décisions.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)