Accueil > Édito > Copenhague Beaumont

Copenhague Beaumont

vendredi 19 février 2010, par Le Groupe IDÉES Pour Beaumont

La mobilisation massive et sans précédent des ONG, des collectivités et des citoyens ne fut pas un hasard : le Sommet de Copenhague (COP15) devait être un moment phare - comme le fut Kyoto - de la lutte contre le changement climatique, mais également une étape clé pour soutenir la mise en œuvre d’un développement durable à l’échelle internationale. La commune de Beaumont lors du Conseil municipal de novembre à l’unanimité a décidé de s’associer à cette mobilisation en signant l’ultimatum climatique.

L’objectif de Copenhague était clair : négocier le régime climatique international de l’après 2012. Les États devaient s’engager à limiter le réchauffement climatique à 2 °C maximum, conformément aux recommandations des scientifiques et prendre de nouveaux objectifs de réduction des gaz à effets de serre. Ce qui impliquait une coopération internationale afin de favoriser les transferts de technologies et le financement des actions en faveur des pays les plus défavorisés qui n’ont pas contribué à l’effet de serre durant tout le XXe siècle. Les 12 jours du Sommet de Copenhague se soldent par un échec : un accord au rabais qui loin de limiter le réchauffement de 2 °C nous entraîne sur une augmentation des températures de 3 °C !

L’Europe, bien seule, maintiendrait son objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre de 20 % d’ici 2020 et de 80 % d’ici 2050 et devrait pour ce faire établir une taxe carbone à ses frontières pour n’être pas pénalisée par rapport aux pays moins « vertueux ».

Aussi, cet échec évident doit nous faire comprendre que la réponse aux enjeux climatiques ne se trouvera pour l’instant que dans l’engagement local des citoyens, des territoires et de leurs acteurs.

Localement donc, des engagements sont pris par Clermont Communauté : un plan air-énergie-climat territorial a été adopté le 26 juin 2009 qui fera un inventaire des émissions de gaz à effet de serre et des consommations d’énergie puis fixera des objectifs en matière de réduction des émissions carbonées et mettra en place un programme d’action.

À Beaumont, la municipalité propose des projets écologiques dans le futur écoquartier du Cœur de Ville (extension de la mairie, parc et habitations), en prolongeant le Chemin Vert, en protégeant la Châtaigneraie, en soutenant l’association « Vélo-cité »... Beaumont va aussi participer à l’année mondiale de la biodiversité, véritable pendant de la réflexion menée sur le climat, en partenariat avec le syndicat des apiculteurs (installation d’un rucher, opération l’abeille « actrice de la biodiversité ») et avec la LPO (en rejoignant le réseau des refuges LPO). Beaumont s’engage aussi dans une démarche « ville OMS [1] » qui comprend un volet environnemental exemplaire. Comme vous le voyez, localement, nous retroussons les manches sans attendre le prochain sommet de Mexico !


[1OMS : Organisation Mondiale de la Santé