Accueil > Actualités > Appel unitaire pour le 1er mai

Appel unitaire pour le 1er mai

lundi 27 avril 2015, par le bureau

Rassemblement unitaire le 1er mai à 10 heures 30, place Dellile à Clermont-Ferrand

Le 1er MAI 2015 : toujours ensemble pour combattre, pour nos droits et pour nos revendications !

À chaque consultation électorale, les salariés, précaires, jeunes et retraités expriment leur refus de l’austérité : ainsi à l’occasion des élections départementales de mars 2015, la politique du gouvernement a été sanctionnée une nouvelle fois par une forte abstention.

Le 9 avril 2015, les salariés avec les organisations CGT, FO, FSU, Solidaires et UNEF, par la grève interprofessionnelle et la manifestation, ont dit :
« Non à l’austérité, non à la réduction des dépenses publiques, non au Pacte de responsabilité, non à la loi MACRON ! »

Le gouvernement actuel confirme ne pas vouloir changer le cap imposé par les précédents et par la finance.
Au contraire, alors que les dirigeants de l’Union européenne exigent l’accélération des contre-réformes, collant au mot les intentions du TAFTA, le gouvernement décide de poursuivre et d’aggraver l’austérité, de continuer sa politique de destruction du Code du Travail et de toutes les garanties collectives ! Pour cela, il cherche à associer les organisations syndicales pour collaborer à la mise en œuvre de cette politique... Certains ont déjà répondu présents comme la CFDT qui prétend qu’il n’y a pas d’austérité en France ! Ce n’est pas le cas des organisations CGT, FO, FSU, Solidaires et UNEF qui ont appelé ensemble à la grève interprofessionnelle et à la manifestation le 9 avril 2015 contre l’austérité et pour les revendications et qui considèrent que l’heure est à la résistance sociale.

Partout en Europe, en Grèce, en Espagne comme en France, les salariés se rassemblent et manifestent pour stopper l’austérité, exiger la satisfaction des revendications porteuses de progrès sociaux.
Un autre partage des richesses est possible. Une protection sociale et des services publics renforcés, l’augmentation des salaires, des pensions et des minima-sociaux, la défense du temps de travail et des conditions de travail, la défense du Code du travail, des conventions collectives, des statuts... sont les revendications que les syndicats ont décidé de défendre contre la politique du gouvernement et les exigences du patronat.

En France, les réformes et lois structurelles des 2 dernières années sont finalement d’une grande cohérence : l’austérité au service de la libéralisation à outrance pour des profits exclusivement reversés aux actionnaires.
Les parlementaires ont voté majoritairement ces lois. Le gouvernement a aussi usé de la force avec le 49-3 sur la Loi MACRON.

Il n’y a d’autres solution que l’engagement de la jeunesse, des précaires, des salarié-e-s et retraité-e-s, pour défendre leur droit à l’emploi, à un vrai salaire, à une protection sociale solidaire et égalitaire et non commerciale, à des services publics destinés à satisfaire les besoins de la population.

Le 1er Mai 2015, les organisations syndicales du Puy de Dôme CGT, FO, FSU, Solidaires et UNEF appellent à manifester :

  • Contre l’austérité qui sert les puissants et ruine les populations et pour l’augmentation générale des salaires.
  • Contre les réformes structurelles qui minent les droits des salarié-e-s, favorisent les licenciements et la casse de l’emploi pour satisfaire les exigences les plus brutales du patronat et de la finance internationale (ANI de 2013 signé par la CFDT et le MEDEF).
  • Contre toutes les mesures de destruction de nos garanties collectives (Code du Travail, Conventions collectives, Statuts, Justice Prud’homale...).
  • Contre la confiscation de la partie socialisée de nos salaires : les cotisations patronales et salariales, ce sont nos droits à la retraite, à la santé, aux allocations familiales, à l’assurance chômage...
  • Contre les logiques de destruction des droits à la retraite mises en œuvre par les gouvernements successifs, pour l’abrogation de toutes les contre réformes mises en œuvre depuis 1993 et pour le retour aux dispositions précédentes : retraite à 60 ans à taux plein après 37,5 années de cotisations.
  • Contre la casse des services publics et de la sécurité sociale.
  • Contre la remise en cause de la liberté et des droits syndicaux, contre toute répression à l’égard de l’action syndicale et pour la défense du droit de grève...

Pour sortir de la crise, il faut rompre avec la politique d’austérité ! Il faut la satisfaction des revendications !

Le 1er mai 2014, journée internationale de manifestations et de revendications, les organisations syndicales du Puy de Dôme CGT, FO, FSU, Solidaires et UNEF affirment la solidarité internationale des travailleurs et des peuples contre toute austérité ! Elles rappellent leur opposition à toutes les formes de discrimination et d’exclusion, au racisme, à l’antisémitisme et à la xénophobie et réaffirment les traditions syndicales de solidarité intergénérationnelle, interprofessionnelle et internationaliste.
Le 1er mai est plus que jamais la journée de solidarité de tous les travailleurs, de Tunis à Copenhague, de Gaza à Dublin. Seule cette solidarité permettra d’échapper à la barbarie qui fait de la Méditerranée un grand cimetière.
Les organisations syndicales du Puy de Dôme CGT, FO, FSU, Solidaires et UNEF l’affirment solennellement : ce sont les politiques d’austérité et de régression sociale qui permettent aux mouvements réactionnaires ou fascistes d’envahir les espaces politiques et médiatiques...

Pour les organisations syndicales du Puy de Dôme CGT, FO, FSU, Solidaires et UNEF,
le 1er mai 2015, c’est le 1er mai contre l’austérité, contre le Pacte de Responsabilité, contre la loi MACRON... C’est le 1er mai de la mobilisation pour les revendications, c’est le 1er mai de la solidarité internationale des Travailleurs et des Peuples !

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)