Accueil > Bulletins > Année 1999 > Bulletin - Juin 1999 > À l’écoute de Beaumont

À l’écoute de Beaumont

mardi 1er juin 1999, par le bureau

Rue de la Victoire

Depuis de longs mois, les quelques pavés de cette rue ont la fâcheuse habitude d’émettre à chaque passage de véhicule un bruit extrêmement déplaisant. De plus, ils se soulèvent légèrement et deviennent dangereux pour les cyclistes. Voici quelques semaines, un rafistolage a guéri le problème pendant 10 jours. Les riverains aimeraient bien que cessent cette nuisance. Et les habitants du bourg aimeraient ne plus être traités avec désinvolture.

Rue du Commerce

Le sens de circulation de cette rue a récemment changé. Ce détail confirme plusieurs de nos observations précédentes : le plan de circulation initial aurait mérité une plus large concertation ; d’autre part, le sens aujourd’hui retenu était celui proposé depuis longtemps par notre élu François Saint-André dans la commission « urbanisme ». Enfin, nous sommes convaincus que d’autres améliorations sont possibles dans le centre-bourg. Pour cela, il est nécessaire que cette commission « urbanisme », très rarement réunie, travaille dans un esprit positif et dans la durée. Les élus du groupe Union-IDÉES sont prêts à cette démarche.

Feux d’artifice

Dans le bulletin municipal du mois de mai, M. le Maire indique que le coût du feu d’artifice de la fête des Cornards susciterait des « échos ». De quels échos parle-t-il ? Nous aussi, nous apprécions un feu d’artifice de qualité. Nous aussi, nous considérons que cette fête fait partie du patrimoine local. Alors qui donc a émis des réserves ? M. le Maire en a dit trop ou pas assez.

25 Avril : Souvenir des déportés

Des millions de morts dans les camps de la 2e guerre mondiale. A Beaumont, le 25 avril, M. le Maire consacre quelques brèves minutes bâclées à leur souvenir. Gerbes, lecture hésitante des Beaumontois victimes de la déportation et c’est tout. Ni musique, ni discours, ni manifestation de sympathie envers les déportés présents. Seule la présence des associations d’anciens com-battants rehaussait la cérémonie. La municipalité pense avoir accompli son devoir.