Accueil > Édito > À Beaumont, la politique sociale n’est pas un vain mot

À Beaumont, la politique sociale n’est pas un vain mot

mercredi 11 juillet 2007, par le bureau

Après plusieurs semaines de gestation et plusieurs réunions de travail, le Maire, François SAINT-ANDRÉ, accompagné de Claudette BONNIN, adjointe en charge des Ressources Humaines, a signé un protocole d’accord avec les deux organisations syndicales représentant le personnel communal.

Les points les plus importants de cet accord sont la résorption complète de la précarité puisque tous les personnels contractuels seront stagiairisés (hormis les remplaçants et jobs d’été) ainsi que la mise en place d’une nouvelle prime qui va permettre de multiplier la prime dite « de fin d’année » (qui va être supprimée) par 2,5 et étalée sur les 12 mois. C’est donc 115 € par mois que les agents territoriaux vont toucher chaque mois en plus de leur salaire.

Satisfaction générale donc du côté des organisations syndicales ; charge budgétaire supplémentaire pour la collectivité certes, mais permettant une revalorisation importante des revenus.

Ce qui a fait dire au Maire que, contrairement à la politique mise en place par le gouvernement SARKOZY, à Beaumont, non seulement on remplaçait tous les départs à la retraite, mais que de plus on appliquait le mot d’ordre « gagner plus pour travailler mieux et vivre décemment ».