Accueil > Édito > L’équipe d’Alain DUMEIL plus divisée que jamais

L’équipe d’Alain DUMEIL plus divisée que jamais

lundi 8 avril 2019, par le bureau

La deuxième adjointe - Aline FAYE - a transmis le 28 mars 2019 une lettre ouverte à tous les membres du Conseil d’administration du CCAS ; elle y dénonce notamment « la disparition totale de ses fonctions d’adjointe » et « le sectarisme » du Maire de Beaumont.
Dans le même temps ou presque, Jean-Paul CUZIN - premier adjoint, a officialisé dans La Montagne son intention d’être tête de liste aux prochaines élections municipales contre le Maire actuel.
Alors que M. DUMEIL se gargarise dans la presse « d’avoir une bonne équipe », IDÉES Pour Beaumont dénonce un fonctionnement et des divisions qui pèsent forcément sur la bonne marche de notre commune.

Il en aura fallu des mois et des années d’humiliations pour qu’Aline FAYE, deuxième adjointe en charge de la politique sociale, dépasse sa loyauté à l’égard d’Alain DUMEIL et dénonce enfin « l’autoritarisme » de ce dernier.

Ces divisions de l’exécutif municipal au sein du CCAS ont forcément un impact négatif dans la politique sociale de la commune. On comprend ainsi mieux pourquoi il n‘y a plus eu depuis deux ans de réunion de la commission « Vie sociale et petite enfance » … On se questionne également sur la baisse des aides sociales apportées aux Beaumontois depuis plusieurs années alors que la précarisation et la pauvreté sont toujours très présentes pour nombre de nos concitoyens.

Tous les fidèles des Conseils municipaux depuis 5 ans ont bien perçu qu’au-delà du Maire de Beaumont qui monopolise les discours, seuls 3 ou 4 élus de sa majorité prennent la parole. Les autres élus de la majorité ? Condamnés au silence et à voter à l’unisson quand le Maire le leur demande…

Mme FAYE a fait savoir par écrit ce que nous voyons tous depuis longtemps déjà : après s’être servi de son dynamisme et de son volontarisme en début de mandat, elle a été progressivement « placardisée » car faisant trop d’ombre au premier magistrat de la commune.

Il ne s’agit pas ici que d’un épisode de plus dans les luttes de pouvoir pour LE pouvoir. L’absence totale de considération du Maire pour sa deuxième adjointe, démontre que l’édile de la ville de Beaumont n’a toujours pas changé sa manière de faire de la politique depuis plus de quatre décennies qu’il est au Conseil municipal…

Cet épisode démontre qu’à l’heure de « #MeToo » et de l’égalité entre femmes et hommes affirmée, il ne sera plus possible de considérer la moitié de l’humanité comme des faire-valoir ou des pots de fleurs.

On attend désormais des autres membres de la majorité municipale qu’ils fassent eux-aussi preuve d’un peu de courage en se désolidarisant à leur tour de cet exercice du pouvoir en solitaire…

Messages

  • La question de la politique sociale de l’équipe de droite de Beaumont est, de fait, posée : en ne mettant pas cette question comme une des priorités pour notre ville, c’est induire la baisse des aides aux familles en difficulté, réduire la demande sociale en logements, restreindre l’accès aux services de petite enfance et de loisirs.
    Au fait, le savez-vous : il y a plus de mille personnes en dessous du seuil de pauvreté à Beaumont, soit un taux de pauvreté de 9,3 %. Mais ce sont souvent des « invisibles » aux yeux aveugles des bien-pensants (Cf. rapport 2018 sur la pauvreté en France de l’Observatoire des Inégalités).

  • Des suites :
    Aline FAYE a écrit, le 10 avril 2019, à M. le Procureur de la République et à Mme la Préfète du Puy de Dôme pour dénoncer des agissements de M. DUMEIL renforçant le positionnement de l’adjointe à la vie associative, juge et partie tout comme celui de l’adjont aux ressources humaines, sans compter le soutien à un élu dont la fille a été nommée en tant que directrice du CCAS, etc.
    Aline F. dénonce aussi les pressions et menaces qu’elle a subies et l’attitude autoritaire et antidémocratique du premier magistrat de la commune.
    Saluons le courage de cette élue qui révèle ce que de nombreux Beaumontois suspectaient déjà, ne serait-ce que parce que ces pratiques sont anciennes et ont été « monaie courante » tout au long de ses mandats ...
    On serait en droit d’attendre que d’autres de leurs collistiers s’opposent à de telles pratiques ...

  • Bravo pour cet éditorial qui met l’accent sur les rapports déplorables au sein de l’équipe municipale, tant sur le sujet « la main mise » du maire, que sur les « droits et avantages » de certains élus quant à leurs associations dont ils sont présidents. Il est vrai que c’est très regrettable que tout soit muselé et qu’aucune personne de l’équipe majoritaire ne s’offusque pas plus ! Cordialement

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)