Accueil > Édito > À propos du référendum

À propos du référendum

dimanche 29 mai 2005, par Le Bureau

L’Association IDÉES pour Beaumont qui s’est, comme à son habitude, fortement impliquée dans la tenue des bureaux de vote et a tenté d’informer les Beaumontois avec rigueur et objectivité, se félicite d’avoir enfin vu s’ouvrir un débat qui n’avait que trop tardé, l’Europe méritant qu’on en parle. Elle remercie les électeurs de notre commune qui ont participé de façon soutenue à cette consultation avec une participation proche des 70 %

Beaumont est l’une des 38 communes de notre département (sur 470) à avoir choisi majoritairement le oui en le portant en tête avec 54 % des suffrages exprimés. Ce vote est d’ailleurs partagé par les communes du sud et de l’ouest de la première couronne clermontoise.
En effet, Le TCE a été approuvé de la Roche Blanche à Chanat en passant par Chanonat, Pérignat-lès-Sarliève, Romagnat, Ceyrat, Royat, Orcines, Durtol … En revanche, on voit le non prédominer et de façon de plus en plus affirmée dans les villes de l’est et du nord de l’agglomération (66 % à Gerzat, 59 % à Lempdes, 58,6 % à Pont-du-Château, 62,3 % à Volvic …). Indéniablement le choix des électrices et électeurs a été fortement marqué par leur statut social souvent traduit par le lieu de résidence. C’est donc un vote socialement significatif que celui du 29 mai, la « France d’en bas » n’ayant pas choisi le oui.

À Beaumont, où le PC a été le seul parti politique à mener une campagne soutenue en faveur du non, le score de 46 % ne peut s’expliquer, ici comme ailleurs, que par un grand nombre de voix venant de l’électorat habituel de partis de gauche dont les directions nationales avaient pourtant souhaité l’adoption du traité. De nombreux élus locaux, en se démarquant de ce choix, ont également contribué à cet important transfert.

IDÉES suivra avec attention les conséquences politiques de ce vote et, plus particulièrement, sur les répercussions qu’il ne manquera pas de provoquer à gauche, le changement de gouvernement relevant à nos yeux d’un énième artifice chiraquien …